Le vendredi 24 février

Charles Summer, sans date (photo Wikipedia)

« Portraitiste habile mais aussi femme engagée dans la politique, qui a aimé prendre pour sujet les leaders du combat abolitionniste […] ou Lucy Stone à la tête du mouvement pour le suffrage féminin. Il est révélateur que Whitney, qui avait remporté le concours ouvert par le comité artistique de Boston afin d’élever un monument à Charles Sumner, se soit vu ravir la victoire lorsque le jury découvrit qu’il s’agissait d’une femme. »

Anne Whitney (1821-1915)

Anne Whitney naît dans le Massachusetts ; elle doit sa célébrité à deux talents : l’écriture et la sculpture. Cette artiste américaine milite également pour l’abolition de l’esclavage et l’égalité hommes-femmes –elle ouvre une école d’art pour jeunes filles-. Whitney se rend dans plusieurs capitales européennes et étudie à Rome, comme de nombreuses Américaines.
Les sculptrices, enfin reconnues aux États-Unis, reçoivent des commandes prestigieuses de monuments publics ou de portraits d’hommes célèbres ; Whitney en exécute plusieurs dans un style classique, de préférence des abolitionnistes ou des suffragettes. En 1864, "Africa", qui représente une Africaine sortant du « sommeil de l’esclavage », déclenche un vrai scandale. Whitney subit une profonde injustice en 1902 : alors qu’elle remporte le prix grâce à la statue de l’abolitionniste Charles Summer, le jury du concours de Boston annule la décision lorsqu’il découvre que l’artiste est une femme.


Ann Mary Hall, sans date (photo Wellesley.edu)


Conception et rédaction Josée Rodrigo | Réalisation technique Scup avec Spip | Plan | Espace privé | Editeur | Nous écrire
.