Le samedi 27 mai

Salon, 1929 (photo Musée national Reina Sofia)

« Motivée par les bonnes critiques, Angeles abandonne ses études pour se consacrer pleinement à la peinture. Durant les mois suivants, elle travaille de façon obsessive et frénétique peignant des toiles comme son extraordinaire « Autoportrait » qu’elle montrera lors de sa première exposition personnelle à l’Atenes de Valladolid, en avril 1929.
Les chroniques, chaque fois plus enthousiastes, projettent la renommée de Angeles au niveau national… »
CREHA (Colectivo para la Renovacion de los Estudios de Historia del Arte), mars 2010

Angeles Santos Torroella (1911-2013)

Le talent de la peintre catalane, Angeles Santos Torroella, est découvert dès son enfance par les religieuses du couvent de Siviglia, chargées de son éducation. Après quelques cours particuliers, la jeune fille organise sa première exposition à Valladolid, à l’âge de 17 ans. L’exposition est bien accueillie par la presse catalane et l’artiste se met à fréquenter les intellectuels de la ville. Affaiblie par une hyper - émotivité, la jeune femme doit faire un séjour dans une maison de repos en 1930. Elle épouse le peintre Emilio Grau Sala en 1935 et ils ont un fils. La guerre civile contraint Santos Torroella à s’installer à Paris ; après la mort de son mari, en 1975, elle rentrera en Espagne, où elle travaille toujours.
Ses toiles, très proches de l’avant-garde surréaliste, révèlent souvent cette émotivité qui la rend parfois malade mais confère en même temps un style très personnel à son œuvre. Elle est honorée par une multitude d’expositions qui se tiennent en Espagne, à Paris et à Pittsburgh, aux États-Unis.


Un Monde, 1929 (photo Musée national Reina Sofia)


Conception et rédaction Josée Rodrigo | Réalisation technique Scup avec Spip | Plan | Espace privé | Editeur | Nous écrire
.