Le dimanche 7 juin

Groupe familial, v. 1911 (photo Flickr.com)

« Enfant, Mabel Pryde a habité le 10 Fettes Row, une maison d’Édimbourg orientée au nord. Derek Hudson écrit dans « James Pryde, 1949 » : « L’impression est celle d’étroitesse et de semi-obscurité, une demi-lumière étrange qui illumine les lignes entièrement perpendiculaires de l’intérieur. Cela pourrait en partie expliquer la noirceur qui prévaut dans les œuvres de Mabel Pryde et le travail de son frère, ce qui est évident dans « Arlequin ».
Biographie de la Tate Collection

Mabel Pryde Nicholson (1871-1918)

Mabel naît à Édimbourg et étudie à l’école d’art Hubert von Herkomer avant de devenir peintre. Après son mariage avec l’artiste William Nicholson et la naissance de leur quatre enfants, elle délaisse un peu la peinture.
Pryde Nicholson acquiert une certaine notoriété comme portraitiste et reçoit des commandes, mais elle pâtit de la célébrité de son mari. Elle peint souvent ses enfants dans des compositions intéressantes : "Groupe familial" réunit deux de ses fils debout de chaque côté, en costume noir, la nurse assise et sa fille parterre –en habits colorés- formant un cercle fermé par une longue maquette de bateau qui relie les garçons. Proche du monde du théâtre, Pryde Nicholson utilise des costumes : celui d’Arlequin lui inspire quatre tableaux, c’est sa fille qu’elle choisit de travestir en Arlequin. Les portraits sont figés, sans expression ; plongés dans leurs pensées, ils ignorent souvent le spectateur. Quelques touches de couleur uniforme éclairent l’ensemble.
Deux ans après sa mort, la galerie Goupil expose son œuvre et la Tate Gallery possède plusieurs de ses toiles.


Arlequin, v. 1910 (photo la Tate)


Conception et rédaction Josée Rodrigo | Réalisation technique Scup avec Spip | Plan | Espace privé | Editeur | Nous écrire
.